Chaque salarié a besoin de se sentir membre d’une équipe, explique Philippe Laurent, coach et formateur. Mais les managers doivent veiller à ce que l’esprit de clan ne provoque pas de conflit avec l’extérieur, notamment entre services.

Dès notre naissance, nous appartenons à un réseau constitué (une famille, un clan, une race, une tribu, une culture, une religion…). Nous vivons dans un lieu (un village, une ville, une région, un pays, un continent…). Nous faisons partie d’un moment de l’histoire, d’une génération. Et nous naissons de sexe masculin ou féminin.

Nous sommes donc des individus particuliers dans des « tout » auxquels nous appartenons de facto. Par et dans son travail, l’homme intègre en plus une entreprise, un département, une équipe. Au travail comme ailleurs, il aime « appartenir à » ou « faire partie de ». Sans la satisfaction de ce besoin d’appartenance, il éprouve un sentiment de rejet et d’exclusion: sa mise à l’écart du groupe le conduirait progressivement à devenir étranger, concurrent, adversaire, voire ennemi.

Lire plus…