On m’a toujours dit « d’avaler les couleuvres ». Que puis-je faire des émotions que je ressens ? Comment puis-je les exprimer sans débordement ?