Les tests de personnalité se multiplient, notamment dans le monde du travail. Pour Philippe Laurent, conférencier, coach et formateur, il y a pourtant danger à considérer leurs résultats comme des éléments déterminants de notre caractère.

[Express yourself]Les tests de personnalité se multiplient et nous en sommes friands. N’y a-t-il pas un côté ludique à se savoir « rebelle », « persévérant », rouge, vert ou bleu? Process COM, MBTI, HBDI, énnéagramme et bien d’autres études très poussées et fondées sur des milliers de cas analysés ont donné naissance à des constructions très précises. Elles sont facilement accessibles à ceux qui veulent se situer et se comparer aux autres: leurs collègues, collaborateurs, supérieur hiérarchique, amis, membres de leur famille. Mais quelle est donc cette personnalité qui accepte de se faire cerner, identifier, mesurer dans un cadre commun formel?

Pour en avoir testé plusieurs, je comprends que ces outils sont des appareils photos qui prennent une vue particulière d’une réalité individuelle à un instant T. Sans négliger l’intérêt de ces prises de vue pour comprendre ce qui différencie notre mode de fonctionnement de celui des autres, et pour nous aider à nous adapter, il y a danger à considérer les résultats comme des éléments déterminants de notre personnalité et à nous regarder nous-mêmes comme définitivement ceci ou cela.

Lire plus…